Le Coota - Kerhillio

Daniel Paboeuf Unity

Dès la fin des années 70, Daniel Paboeuf participe à l effervescence musicale rennaise au sein du
Marquis de Sade, Anches doo too cool duo, puis, au début des années 80 avec Ubik, Sax
Pustuls , Tohu-bohu et Le Train fantôme.
Il collabore également avec des artistes comme Afrika Bambatta, Ima Sumac, Étienne Daho,
Niagara, Françoise Hardy, Alain Chamfort, Kas Product.
Dans les années 2000, il développe une collaboration soutenue avec la Cie Vis Comica comme
musicien et comédien, notamment dans le spectacle «Le Chut»
Il s implique également dans le projet de son frère Christian, Il Monstro, comme musicien et
producteur exécutif. Ce sera les débuts du label Il Monstro productions.
Avec Michel Aumont, il crée un duo, dont le spectacle, mis en scène par Jérome Thomas, s’
appelle «Le fil»
En 2004, Daniel Paboeuf entame une collaboration avec Dominique A, avec 2 albums,
«L horizon» et le live «Sur nos forces motrices», enregistrements suivis de multiples tournées
jusqu en 2007.
Avec les Ateliers du vent, il entame des collaborations diverses qui l’ amèneront à un statut d artiste
associé.
Il s intègre également au collectif de musiciens rennais Trunks (L.Shérif, S. Fromentin,
R.Boulard et F. Marzano) avec lequel il enregistre 2 albums et 2 Ep suivis de nombreuses
tournées, entre 2005 et 2013.
En 2008 il crée DPU (Daniel Paboeuf Unity) avec Mistress Bomb H, R.Boulard, David Euverte
et sort un disque chez Harmonia mundi.En 2011 et 2012, il reprend une collaboration avec
Dominique A pour l album «Les lueurs» (Victoire de la musique 2013 et Disque d or), avec qui
il repart en tournée.
En 2013, il enregistre avec le groupe Il Monstro, l’ album «Le fantôme de l’ opéra» , produit par
le label Il Monstro et distribué par Muséa Records.
En 2013, Pierre Fablet et Daniel Paboeuf enregistrent un LP vinyle avec Purée Dure, projet
vidéo/musical avec le vidéaste Thierry Salvert qui sortira en 2014 chez Modulor.
En 2014, il participe comme musicien et comédien à un projet pluridisciplinaire avec les Ateliers
du vent, avec des artistes russes, moldaves, français, «Quelles sont nos ruines»
Il collabore également dans le cadre du Festival Suona Italiano, avec le musicien berlinois,
Marco Brosolo, à un ciné-concert sur des films contemporains et muets.
Il compose également la musique d un documentaire produit par Amo-Film sur le photographe
Yves Manciet, écrit et réalisé par Miguel Sanchez Martin.