le Coota- Kerhillio

Do the Dirt

Le Mississippi hill country n’est pas forcément un style simple à aborder, du moins quand l’ambition est de le jouer avec respect et surtout dans l’esprit de ses illustres maîtres: JR Kimbrough ou RL Burnside, et non pas, comme beaucoup, parce que c’est en vogue. Alors la méfiance est de mise quand un groupe, en l’occurrence un duo, te grave une rondelle où justement il est question de jouer du down home blues de cette veine.
La première écoute démarre avec l’interroge … genre mine chafouin du gars qui doute …
C’est « Black Snake » qui ouvre le bal et qui, d’entrée lève tous les doutes, ces gaziers ont tout compris et savent de quoi il retourne et c’est pas la suite qui va foutre la zone, « Going down south », « Poor boy » et le reste de la rondelle baigne dans l’ambiance envoûtante et sombre que génère ce blues qui ne se conçoit que sincère et pur, ambiance accentuée par un rythme hypnotique et lancinant, parfaitement restitué par la voix écorchée et pleine d’émotion et le jeu de guitare très dépouillé de Nicolas Moulin et le tempo lourd de la batterie de Guillaume Arbonville. Plus de doute ces deux lascars ont assimilé et surtout digéré les bases et l’esprit de ce blues rugueux et dépouillé et savent le restituer comme s’ils avaient fréquenté le juke joint du sieur Junior durant toute leur vie.
Huit titres pour un peu plus d’une demi-heure de plaisir, aucune facilité, aucune concession de la part de Nicolas et Guillaume, mais un blues qui te touche direct aux tripes et te fout les poils au garde à vous tant leur feeling est communicatif.
Vite une suite !!! – Tonton Erick (mai 2016)