Le Coota - Kerhillio

Gabriel Saglio et Les Vieilles Pies

Le chanteur Gabriel SAGLIO semble avoir décidé d’unir dans son nouveau disque ses deux références absolues que sont Jacques BREL et Salif KEITA. Tel un voyageur qui prend la route, nous l’imaginons en gare de Nantes, muni de ses deux valises. Dans une main, cette chanson française humaniste en bagage. Dans l’autre, l’invitation à la danse de l’Afrique de l’Ouest. L’élégant voyageur Gabriel SAGLIO embarque dans ce fabuleux voyage son groupe de toujours Les Vieilles Pies et quelques grands noms de la musique africaine : Mamani KEITA, Sekouba BAMBINO, Christine SALEM.

Fidèle à son amour des beaux mots, cette fois ce n’est plus Arthur RIMBAUD ou Paul ELUARD, qu’il met en musique, mais un texte du poète sénégalais Birago DIOP et son puissant « Chant des rameurs » qui donne son nom à l’album.

Gabriel Saglio

Des autres textes de Gabriel SAGLIO ressort une grande humanité. On ne transige pas chez cet artiste engagé avec les valeurs fondamentales d’égalité et de fraternité. Les limites furent testées en juin 2016 avec une sombre histoire de « neutralité politique » qui l’oppose à une mairie Front National. Gabriel SAGLIO revient avec – comme une réponse aux raccourcis simplistes – le somptueux « Un bout de terre entre les doigts ». Histoire d’un migrant qui puise sa force en serrant un bout de terre serré entre les doigts, en fermant les yeux…et dans sa tête, la voix de sa femme qui chante ( Mamani KEITA ).

On retrouve d’ailleurs sur ce titre l’un des frères de Gabriel SAGLIO: le violoncelliste Matthieu SAGLIO. L’un des frères…car il s’agît bien là d’une famille d’artistes. Son frère Camille chante de sa voix de contre ténor autodidacte au sein du duo Azadi (création des Tombées de le nuit de RENNES) quant à son frère jumeau Etienne SAGLIO, il est actuellement l’une des figures les plus intéressantes de la Magie nouvelle avec son « Soir des Monstres » ou « Les Limbes ».

Après avoir tourbillonné au gré des mille vents du monde entier, ce nouvel opus s’annonce cette fois clairement tourné dans une direction: celle du continent africain. Gabriel SAGLIO met de côté sa clarinette Klezmer et laisse la place aux choristes maliennes, aux guitares mandingues et à l’accordéon de la Réunion…virage plein sud vers une CHANSON METISSEE.

Comme toujours avec cet artiste complet, la musique ne se fait jamais au détriment de la qualité du texte. Gabriel SAGLIO réunit autour de lui les plus grands musiciens et aborde également dans ces onze morceaux divers sujets tels la paternité (« Au courant », « Tiki », « La vie souffle »), la prostitution (« Le canal du midi »), la migration (« Un bout de terre », « Un drôle de Père Noël »), le lien social (« Vivre ensemble »).

Gabriel SAGLIO et ses musiciens reprennent également l’un de leurs anciens morceaux « Utopie » comme l’illustration parfaite de ce virage africain. D’une ballade mélancolique sur l’album « Une Vie Formidable – 2010 », il devient un puissant reggae africain ou le Tamani (tambour parleur du Sénégal) répond aux Choeurs maliens. Rien n’a été laissé au hasard, le son a été confié à Timour CARDENAS, référence importante pour la musique africaine (Salif KEITA, Alpha BLONDY, Youssou N’DOUR, etc…)

Enfin, on trouve sur ce disque le superbe « Cette nuit là ». Une rencontre un soir d’hiver, un pont, la brume, …c’est cinématographique. Les mots sont choisis et le courant est trop fort…

 

« L’inévitable s’évite, le désir est partout
L’eau gronde sous nos pieds, elle connaît l’immuable
Le courant est trop fort et les flots dansent pour nous
Et comme soudain ma chance me semble malléable…»