Le Coota - Kerhillio

Skeleton Band

Eux ce qu’ils aiment c’est semer le doute et l’effroi, raconter des histoires tristes et
incarner des personnages pendus aux fils de la vie plus qu’ils ne tirent dessus… Il se dégage
une magie qui fait littéralement s’estomper le décor de notre chambre ou de notre salon
derrière le bois d’un pont de bateau ou la brume d’un chemin creux…​

Cathimini – Abus Dangereux.

   Le Skeleton Band écume les clubs et les speakeasys de toute l’Europe depuis bientôt 10 ans, usant les planches à la manière d’un cirque décadent qui déballerait ses squelettes, banjo et contrebasse en avant. Jouant un rock à trois temps, sorti des marécages,s’échappant des oraisons.

   Enfants d’un Tom Waits, affalé dans une chaise à bascule sur le
perron d’une vieille maison en bois décrépie… Ou imaginons simplement que 16 Horsepower aurait fait la bande originale de Twin Peaks.

Certains disent que le quatuor joue du blues baston, d’autres du bastringue électrique. Quelques audacieux prétendent même qu’ils y entendent de la dark cumbia…

   En mai dernier, Le Skeleton Band a sorti son quatrième disque, Tigre-Teigne (Ramblin’ Bastringue / Head Records / La Baleine).
Sous son air rugueux, ce nouvel album possède une production aux petits oignons.
Enregistré en Italie au Outside Inside Studio (The Dead Brothers , Movie Star Junkies, Mark Sultan (BBQ)…) en analogique, la musique y est rageuse et hypnotique.
L’atmosphère se balance entre nuits noires et percées lumineuses. Les chansons en français, en anglais ou en portugais, nous invitent au voyage, à une traversée à la recherche d’un monde enseveli…

   Le monde des ombres, des valses tragiques et des recoins de l’être humain.